jeudi 19 septembre 2019

Boubou est parti pour offrir aux Maliens des signes d’espoir dans la résolution de la crise. La région certes connait une situation d’embrasement, Boubou aura-t-il la recette nécessaire pour arrêter les massacres et les nombreux déplacés.

Le Premier ministre Boubou Cissé a beaucoup de défis à relever et les Maliens des villes et des campagnes attendent les impacts de sa nomination au poste de chef du gouvernement. Il a pris la lourde responsabilité de stabiliser et de pacifier la région de Mopti en proie à des violences de tous genres. Ce ne sont en tout cas pas avec les déclarations martiales et les déplacements à coût de publicité et de communication que la crise dans la région de Mopti va connaitre son épilogue.
Dans tous les cas cette crise dans la région est plus qu’inquiétante. Les populations de la région sont devenues les cibles à abattre et avec son corolaire d’attaques. Chaque jour dans la région apporte son lot de victimes tant civiles que militaires. L’on croyait qu’avec l’arrivée de Boubou en lieu et place de SBM que l’on accusait d’être de connivence avec les milices d’autodéfense, tout sera maitrisé. Depuis l’arrivée de Boubou Cissé à la tête de la Primature la liste des morts s’est rallongée et avec un nombre croissant de déplacés.
En matière de sécurité Boubou a-t-il mieux fait que SBM ? Si l’on fait une analyse sans complaisance l’on se rend compte qu’il n’a pas fait mieux que SBM en matière de sécurité. Depuis son arrivée, les régions de Mopti et de Ségou ont connu une spirale de violences inégalées avec le carnage des femmes, des vieux et des enfants.
A cela s’ajoutent des tueries ciblées et des militaires qui sautent sur des mines. Malgré tout le tapage médiatique l’administration et les forces de l’ordre n’y sont pas à satisfaire les populations.

Au contact des populations de la région de Mopti
Depuis le mercredi 3 juillet, le PM a entamé une visite dans la région de Mopti en compagnie de certains membres du gouvernement et de certains déboutés de la région et des membres de la société civile.
Le Premier ministre est allé dans le terroir pour prendre langue avec les populations, s’enquérir de leurs conditions de vie et ensuite écouter leurs contributions dans la recherche des solutions afin de mettre un terme à cette crise sécuritaire qui n’a que trop duré dans la zone. Une présence qui matérialise l’engagement pris par le chef de l’Etat lors de sa présence dans les cercles qui ont connues la spirale de la violence.
C’est dans tous les cas, les jalons de la paix qui viennent d’être posés par le PM afin de permettre la relance économique, rouvrir les écoles et retrouver enfin le chemin des champs.
Dr. Cissé a annoncé le déploiement prochain de 1500 éléments dans la région pour renforcer la sécurité. Aussi, dans le cadre du plan de sécurisation des régions dites du Centre, des activités génératrices de revenus sont annoncées pour les femmes et les jeunes. Partout où il est passé le PM à lancer un appel au sursaut pour la paix et la cohésion sociale.
Au contact partout avec les FAMa, il a tenu un langage convaincant : "Tout sera mis en œuvre pour vous mettre dans les conditions les meilleures". Une preuve encore que le Premier ministre voudrait renforcer la présence des FAMa pour sécuriser les personnes et leurs biens.
Ces propos avaient été aussi tenus par l’ancien Premier ministre sur le terrain. La stratégie de Boubou serait certainement plus payante que celle de l’ancien PM, SBM car lui au moins avait pris tout son temps pour rester sur le terrain, rencontrer les populations, discuter avec elle et connaitre leurs propositions.
Son langage a dans tous les cas rassuré les populations. Sera-t-il maintenant en mesure de désarmer les milices d’autodéfense ? Après ces quelques jours de terrain les Maliens souhaitent que l’accalmie revienne après les actes posés pour rassurer les populations. Nous attendons maintenant de la fermeté pour déloger les terroristes et désarmer les milices communautaires.
Hamadoun Maïga

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle