jeudi 21 novembre 2019

 

Depuis bientôt un mois, le Mali connait des accidents récurrents des routes. D’abord, c’est à Bamako que cette série de drames a commencé.

Le mardi 22 septembre 2019, un premier camion-citerne se renverse et prend feu au rond-point du lycée Kankou Moussa de Daoudabougou. Bilan provisoire : un quinzaine de mort. Le lendemain, mercredi 23 septembre 2019, un autre camion-citerne prend feu à Badalabougou, au pied de la colline du savoir.

Cette fois-ci, Dieu merci il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Ces accidents ont poussé le ministère des Transports et la mobilité urbaine de rappeler aux usagers de la route de respecter le code de la route et autres règlements régissant la circulation routière dans notre pays. Visiblement, ce communiqué n’a produit aucun effet. Quelques jours après ce drame de Bamako, un accident d’une gravité sans précédent impliquant  trois compagnies qui sont rentrées en collusion (Diarra Transport, Air Niono et Sabali Kagni) se sont percutés à Ségou faisant un dégât matériel important  au préjudice des passagers. Le lendemain de cet accident, un bus de Sonef Transport  Voyageur a pris feu sur la route de Kayes.

Tous les bagages dans le bus ont été consumés. Les passagers ont eu la vie save, mais pas leurs bagages. Le laxisme des autorités est à l’origine de ces drames. Les lois sont faites pour être appliquées pour le décor. Vivement l’application sereine des lois en vigueur au Mali.

Moctar Sow

MALIKILE

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle