mercredi 14 novembre 2018


En pleine campagne présidentielle, les amis du candidat-président Ibrahim Boubacar Keïta se lancent dans un jeu de crocs en jambe. Pensant la victoire déjà acquise, comme pour vendre la peau de l’ours sans l’avoir tué, ils n’hésitent pas à se donner des coups dans « le bas ventre ».

L’avenir de l’alliance ‘’Ensemble pour le Mali’’ serait-il compromis ? Rien n’est moins sûr à l’allure où les alliés du président IBK s’entredéchirent avant même de lui assurer un second mandat. Chacun pense avoir été plus méritant que l’autre. Pour se faire, ils essaient de se discréditer auprès du grand patron. Cette démarche vise à empêcher l’autre d’avoir une promotion au cas où, le chef serait tenté de le nommer quelque part en guise de récompense ou de partage de gâteau. La stratégie développée par les uns et les autres est de se taxer de « traitre », histoire jeter l’opprobre sur un potentiel concurrent à un poste. Pour cela, ils n’hésitent pas à inventer des histoires à dormir debout. « C’est un traitre, il n’a pas de donner de consignes de vote en faveur d’IBK dans sa localité….Mieux, c’est parce qu’il n’a rien fait chez lui que Soumaila Cissé est parvenu à faire un tel score dans son cercle ». Ce sont là les propos qui fusent déjà dans les couloirs de la Direction de campagne de l’EPM. Ce brouhaha entre les alliés parvient rapidement à l’oreille du grand décideur qui s’en offusque légitimement. Tout ce bruit de couloir ne répond qu’au seul dessein de nuire à la réputation de l’autre pour se mettre au soleil à sa place.
Dans cette démarche honteuse, qui n’honore point les uns et les autres, des confidences rapportent qu’il s’agit d’empêcher certains partis alliés qui émergent sur la scène politique d’être plus visibles. Et surtout affiche »r une certaine hostilité vis-à-vis des arrivants de la vingt quatrième, des… « ruminants »(ceux qui ont craché sur IBK avant de revenir vers lui)
Aujourd’hui, ils sont nombreux ces alliés, dont certains sont encombrants, qui se plaignent de cette diffamation de la part de leurs… diatiguis. L’un d’entre eux est même allé jusqu’à demander au directeur de campagne de lui citer ses sources, car ce qui se raconte à son sujet est totalement diffamatoire. « Pour rien au monde, je ne soutiendrai Soumaila Cissé. Pour la simple raison que ce qui nous divise est plus fort que ce qui nous unit. Ce qui se passe actuellement est écœurant. C’est l’œuvre de certains petits opportunistes sans assise solide. C’est de la méchanceté et de la jalousie. », affirme un responsable politique.
Pour sûr, cette petite guéguerre entre des « vrais faux amis » pourrit sérieusement l’atmosphère pour ces nombreux chercheurs de places. Tous conscients que la demande est forte alors que l’offre est forcément limitée.
Cela donne aussi raison à ceux qui pensent qu’autour d’IBK, il y a plus d’opportunistes que de partisans. Il lui revient en tant que premier responsable de faire la différence entre le vrai et l’ivraie. Sinon, au lieu de servir le pays, en cas de victoire, de nombreux cadres vont se servir de notre pauvre Maliba.
Kassoum TOGO

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle