dimanche 16 juin 2019

 

Le Mali est plus que jamais sur le chemin de la paix. Les raisons l’application de l’accord d’Alger qui suit son petit bonhomme de chemin, surtout l’arrivée à la tête de la diplomatie malienne de Monsieur TiebileDrame, un homme expérimenté qui a déjà dirigé avec efficacité la diplomatie malienne sous la transition du Comité de Transition Pour le Salut du Peuple présidé par le lieutenant colonel Amadou Toumani Toure entre mars 1991 et juillet 1992.

Artisan des accords d’Ouagadougou qui ont permis la tenue des électionsgénérales dans la partie septentrionale du pays. Pour dire qu’il a la parfaite maitrise du dossier de la rébellion.

L’application de l’accord d’Alger sur la bonne voie

Il ya quatre ans jour pour jour que les fils du Mali se retrouvaient au Centre International de Conférence de Bamako (CICB), pour fumer le calumet de la paix. En effet le 15 mai 2015 en présence des représentants de l’Union africaine, de la CEDEAO , de l’Union européenne, des Nations Unies , de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement , toutes les parties conviennent de faire taire les armes et désormais de dissiper tous les malentendus par le dialogue seul canal pour résoudre toutes les questions sensibles qui ont trait à la vie de la nation.

Me Harouna Toure au nom de la plateforme et Ibrahim OuldSidati au nom de la CMA apposent leurs signatures sur le document de l’accord d’Alger consacrant la fin des hostilités au Mali. Dans un discours qui fera date dans les annales de l’histoire du Mali, le doyen des chefs d’Etat au moment des faits Robert Gabriel Mugabe fera savoir que le Mali ce pays millénaire a toujours su par le dialogue mettre fin aux petites querelles de famille. Pour que la mise en œuvre de l’accord ne soit pas sabotée par les ennemis de la paix qui se cache derrière un visage hideux, des mécanismes sont mis en place.

Un chef de file en charge du comité de suivi de l’accord est désigné, il s’agit de l’algérien Ahmed Boutache. Pour rassurer les populations et tous les acteurs sur le terrain on assiste à de véritables mutations. D’abord conformément aux dispositions de l’accord, les régions de Taoudenni et Ménaka deviennent opérationnelles. Ensuite en concertation avec tous les protagonistes, les autorités intérimaires et le collège transitoire sont installés dans les cinq régions du nord à savoir Tombouctou, Gao,Ménaka, Kidal et Taoudenni ainsi que dans les 25 cercles du nord. Pour mieux adapter la gestion des collectivités locales à l’accord d’Alger, les textes ont été modifiés. Un référendum est en cours pour la création d’un Senat qui regroupera toutes les personnes morales du pays. Le profond changement est venu du Mécanisme Opérationnel de Coordination(MOC).

Cette force mixte est composée de 2OO éléments des FAMa, 200 éléments de la CMA, 200 de la plateforme et150 éléments des mouvements non signataires de l’accord. Les unités du MOC ont été installées à Gao, Tombouctou, Kidal. Cette installation n’a pas été affectée par l’attentat lâche de janvier 2017 qui a fait plus de 80 morts. En dépit de ces actes de sabotage des ennemis de la paix, les lignes bougent tous les groupes armés sur le terrain ont adhéré au processus Désarmement, Démobilisation Réinsertion. Un facteur important qui prouve que le Mali a retrouvé son unité, l’installation de l’inspecteur des douanes Mohamed Ag Ichrach comme gouverneur de la région de Kidal. Lors de la 73eme assemblée générale des Nations Unies, les groupes armés ont souhaité que le Ministre LassineBouare parle en leur nom.

L’accord d’Alger n’a pas occulté les questions de développement, après le paraphe du document qui a apporté la paix les bailleurs de fond ont organisé une table ronde, pour prendre en compte le volet financier des infrastructures. Rappelons que pendant l’occupation du nord du Mali une bonne partie des infrastructures ont été détruites au cours des combats entre les forces gouvernementales les rebelles et les groupes djihadistes. Lors de la libération des villes du nord par les forces armées françaises de l’opération « Serval », les rares bâtiments encore débout ont été détruits par les avions de chasse Rafale. Dans ce volet économique une large place a été accordée à l’emploi des jeunes.

Tiebilé Drame, diplomate chevronné, un fin connaisseur du dossier du nord

Ministre des affaires étrangères sous la transition,TiebiléDramé est un ancien compagnon de route d’Abdoul Karim Camara dit Cabral. IL est un des artisans de la chute du régime du président Moussa Traore.Membre fondateur du Congrès national d’initiative démocratique, il claque la porte pour fonder le PARENA avec Me Hamidou Diabaté. Il fut Ministre des zones arides et semi-arides sous le régime du président Konare. A cause de sa haute probité morale, le président Amadou Toumani Toure lui confiera l’organisation du sommet France – Afrique. Contrairement à ce général français qui ne connait rien du Mali,Tiebile Drame maîtrise parfaitement bien le dossier du nord. Il connait tous les acteurs des différentes rebellions. D’ailleurs au niveau du PARENA les cadres touaregs et arabes sont nombreux, une preuve de sa proximité ave le nord du Mali.

L’homme a plus d’un tour dans son sacsur le front diplomatique pour convaincre les amis du Mali sur la vraie nature des rebellions cycliques au nord et le remède approprié pour y mettre fin . Il est capable de dire tout haut dans les chancelleries occidentales ce que certains diplomates murmurent tout bas. Sur les ondes de la radio mondiale RFI Tiebile n’est pas allé de main morte pour cracher sur les propos du général français déconnecté des réalités maliennes. Il a tout simplement mis le général dans ses petits souliers. Comme le président Houphouët Boigny, le vieil bélier de Yamoussokro aimait à le dire la paix n’est pas un mot, mais un comportement.

Mariam Samake

Le Triomphe

Pin It
CANAM billboard
INPS_ASSUR

bma art1

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle