mercredi 14 novembre 2018


Les membres de la commission nationale indépendante (CENI) étaient devant la presse le jeudi 1er novembre pour rétablir la vérité et de consolider  l’image de l’institution. C’était sous l’égide de son président  Amadou Bah.
Accusé de « manquements, d’errements et indiscipline budgétaire », par certains commissaires, Amadou Bah, le président de la commission nationale indépendante (CENI), apporte sa version des faits.  Selon lui, la crise provoquée par certains membres de l’organe de supervision des élections au Mali ne se justifie ni en fait, ni en droit.
Destitution du président de la CENI
 Les textes ne prévoient pas la destitution ni du président de la CENI ni un autre membre du bureau. « Je ne vois pas ni dans notre règlement intérieur ni dans la Loi électorale une procédure de destitution d’un membre  de la CENI »  affirme Amadou Bah.  
Selon lui, l’article 12 de la Loi électorale stipule que, « toute contestation par les partis politiques et  les candidats en lice aux différentes élections portant sur les membres de la CENI ou de ses démembrement est soumise respectivement à l’appréciation de la cour suprême et les tribunaux administratifs dans un délai de quinze jours à compter de la date de publication de décret ou de la décision de nomination. Lesdites juridictions tranchent dans un délai de trente jours ». Le législateur a consacré à la stabilité des institutions, poursuit  le président Bah. Parce que, explique-t-il, « quand les gens sont occupés à faire des élections on ne doit pas être préoccupé à change r chaque fois les responsables ».

Les choses se sont passées dans  les règles de l’art
Par rapport aux accusations de détournement, le président de la CENI préfère attendre les  conclusions du rapport de  la commission d’enquêtes et d’audit commanditée  par le ministère de l’économie et des finances. «  On va attendre le résultat de ce travail pour se prononcer sur la question», déclare-t-il. En attendant, le président Bah,  estime que les choses se sont passées dans  les règles de l’art.
Sur la question de l’achat des véhicules, Amadou Bah admet avoir utilisé, en commun accord avec les commissaires, l’argent destiné au fonctionnement de l’institution. C’était en attendant le versement du reliquat prévu pour l’acquisition des engins. Une somme qui n’a à ce jour jamais été versée, assure-t-il.
 « Les voitures n’étaient pas immatriculées. Le fournisseur avait refusé de fournir les documents sans le reliquat de son argent », se justifie M. Bah. Il fallait payer pour régulariser voitures, les commissaires se plaignant constamment de la tracasserie policière, conclut-il.
Abdrahamane Sissoko

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle