mercredi 14 novembre 2018


Dix-huit (18) agents de sécurité du Groupe Saba sécurité au niveau de Diamond ciment Mali ont dénoncé le non-respect des textes de la convention collective régissant les sociétés de gardiennage au Mali.
Suite à une revendication portant sur la dotation des agents en matériels de protection et de sécurisation, l’augmentation de leurs salaires, 18 agents de sécurité au niveau de Diamond Ciment Mali du Groupe Saba sécurité ont été purement et simplement licenciés le 1er octobre 2018.
Dans nos sociétés, nos administrations, c’est la grogne totale, le ras-le-bol et le désespoir des employés maliens dus aux conditions précaires qu’ils sont confrontés dans leur job. Ils sont traités comme des bêtes et leurs employeurs n’accordent aucune valeur à eux. Bizarrement ce qui fait la célébrité de Saba Sécurité, ce ne sont ni ses contrats misérables, ni la qualité de ses prestations mais plutôt les traitements (exploitation de l’homme) auxquels ses employés sont soumis. C’est le cas des agents de la société de gardiennage « Groupe Saba sécurité », œuvrant au compte de sous-traitance à l’usine Diamond cement de Gangotery dans le cercle de Bafoulabé. Ces 18 jeunes agents de sécurité ont été injustement licenciés par les responsables de l’entreprise au motif qu’ils ont tout simplement déposé un préavis de grève dans le cadre de l’amélioration de leurs conditions de travail.
Selon un des licenciés, ce préavis de grève a été transmis aux responsables de la société, fixant le 2 octobre 2018 la date de ladite grève. Les responsables de Saba Sécurité qui ont été imprégnés de la situation, ont, à leur tour remonté les faits en informant la hiérarchie par rapport aux problèmes qui sévissent leurs agents de sécurité dans cette usine. La direction de Saba ait été informée de la situation, elle a licenciée ses 18 agents sans pour autant aviser, a regretté notre interlocuteur. Il a signalé que c’est un contrat qui lie ces agents avec la direction Saba sécurité. Ces 18 agents licenciés ont décidé de saisir l’inspection général du travail de Kayes, en portant plainte contre la direction de Saba sécurité mais sans succès. Et de déploré que malgré la convocation adressée aux représentants de la société sur place par l’inspection de travail de Kayes, ces derniers refusent de se rendre là-bas.
Pour en savoir davantage sur la situation, nous avions joint au téléphone M. Cissé, un des responsables sécurité de l’entreprise sur place à l’usine. Il avoua la véracité du fait, tout en déclinant sa responsabilité dans ce licenciement, au motif qu’il n’est qu’un simple agent exécutant. La décision est venue de la direction et qu’il se réserve de faire tout autre commentaire sur la situation, car il n’est pas habilité à le faire, se justifie-t-il.
A suivre…    
Lassana

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle