samedi 21 juillet 2018

La coalition des quatorze partis de l’opposition togolaise, à l’origine du mouvement de contestation en cours dans le pays depuis trois mois, a réagi vendredi à la libération des imams de Sokodé et de Bafilo, interpellés mi-octobre pour incitation à la violence.

Au lendemain de l’annonce par le gouvernement de nouvelles mesures d’apaisement du climat politique, les imams de Sokodé et de Bafilo, interpellés mi-octobre, ont été remis en liberté vendredi 8 décembre.

Une libération toutefois assortie de mesures de contrôle judiciaire dont la violation pourrait entraîner un retour à la case prison.

Les deux hommes ont été accueillis à leur sortie de la prison civile de Kara (450 km au nord de Lomé) par des dizaines de leurs proches, visiblement heureux de les savoir libres et en bonne santé.
Leur libération, préambule au dialogue politique

L’opposition, qui avait exigé la libération de Djobo Alassane – alias Alfa Hassan Mollah – (Sokodé) et d’Abdoul Wahid (Bafilo) avant toute participation au dialogue politique, s’en est réjouie lors d’une conférence de presse tenue le même jour à Lomé. Elle a néanmoins réitéré son souhait de voir libéré l’ensemble des personnes détenues dans le cadre des récentes manifestations.

JA

Pin It

RAILDAINFO SUR VOS RESEAUX

L'actu en boucle